Région de Tahoua : projet promouvoir et protéger les droits des femmes et filles migrantes dans les départements de Tchintabaraden et Abalak

Grâce à un financement du fonds Italien, ONU FEMMES et son partenaire l’ONG ADESP dans le cadre de la mise en œuvre du projet promouvoir et protéger les droits des femmes et filles migrantes dans les départements de Tchintabaraden et Abalak ont procédé du 1er au 02 octobre 2021 au lancement des cérémonies de distribution des kits économiques (machines à coudre et du bétail) aux femmes et filles migrantes de ces deux localités.
A Jirkat village situé dans la commune urbaine de Tchintabaraden, deux groupements des femmes ont bénéficié de quatre machines à coudre et du bétail.Le SG de la préfecture de Tchintabaraden Mr Abdoulkarim Mohamed a dans son allocution remercié et encouragé le fond italien, ONU FEMMES et l’ONG ADESP pour cet appui important et louable.Pour le représentant de l’ONU FEMMES Mr Moussa Habou, ces kits économiques vont beaucoup contribuer dans la lutte contre la migration irrégulière et ses effets néfastes d’une part et d’autre part au renforcement de la cohésion sociale. La vice maire de la commune urbaine de Tchintabaraden Hajia Balkissou Ibrahim,a quant à elle, remercié l’ONU FEMMES et l’ONG ADESP pour ce don qui va impacter positivement le bien être des populations.Pour la coordinatrice de l’ONG ADESP Madame Mahaman Balkissa,cet appui vient à point nommé et c’est l’occasion pour elle de saluer les efforts du fonds italien et de l’ONU FEMMES pour leur engagement auprès de l’ONG ADESP.
La même cérémonie de distribution des kits économiques (bétail) a eu lieu à Tassit dans la commune d’Abalak le samedi 02 octobre 2021. Là, cinq groupements des femmes et filles migrantes ont bénéficié des kits économiques.
Le SG de la préfecture d’Abalak Mr Almoustapfa Zenou a salué les efforts de l’ONU FEMMES et de son partenaire l’ONG ADESP. Ces kits économiques vont beaucoup contribuer à la réduction des effets négatifs de la migration irrégulière dans cette zone d’intervention du projet où le phénomène de la migration est récurrent.Partout, les bénéficiaires ont salué ce genre d’initiative qui selon les femmes et filles migrantes, elles ont de quoi désormais subvenir à leurs besoins et rester chez elles.
Mounkaila Amadou correspondant NigerTimes Tahoua

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *