Ouverture de la Session ordinaire du CSC au titre de MAI 2021 En marge des travaux le CSC signe une convention de formation de 120 journalistes avec l’IFTIC

Ce Lundi 24 Mai 2021, le Conseil supérieur de la Communication CSC a tenu sa session ordinaire au titre du mois de Mai, dans la salle habituelle des réunions.

La cérémonie d’ouverture officielle de ladite session a été présidée par Docteur Kabîr Sani, le Président de l’institution, en présence des conseillers et membres du personnel administratif et technique.
Au total cinq (5) points sont inscrits à l’ordre du jour dont l’examen et l’adoption du Procès-verbal de la session précédente, les informations sur le CSC, l’examen et l’adoption des rapports des commissions d’instruction, l’examen et l’adoption du rapport général des élections 2020-2021 et les questions diverses.
Il faut aussi souligner la présence du Directeur Général de l’Institut de Formation aux techniques de l’Information et de la Communication IFTIC, Monsieur AMADOU SAHADOU ILLIASSOU invité d’honneur du CSC dans le cadre de la signature d’une convention.
Parmi les points inscrits à l’ordre du jour, le Président du CSC a surtout insisté sur celui relatif à l’examen et l’adoption du rapport général des élections 2020-2021.
En effet, pour produire un rapport général sur les élections régionales et municipales, législatives et présidentielles 2020-2021, un groupe de travail a été mis en place le 7 Avril 2021 avec pour mission de consolider les différents rapports d’étape, a rappelé Docteur Kabîr Sani.
Il a ensuite indiqué que le groupe de travail a bien pris en compte l’ensemble des observations et amendements faits par le Conseil dans sa production de rapport général dont le contenu sera examiné et adopté lors des travaux de cette session.
Ce rapport, ajoute-t-il, couvre à la fois la préparation et le suivi des scrutins pour les élections municipales et régionales du 13 Décembre 2020, des législatives couplées à la présidentielle 1er tour du 27 décembre 2020 et de l’élection présidentielle 2ème tour du 21 février 2021.
C’est pourquoi Docteur Kabîr Sani a tenu à féliciter les membres du groupe de travail ayant produit un rapport de qualité, a-t-il souligné en ouvrant une parenthèse sur le suivi et le contrôle de la campagne électorale sur les médias.
Selon le Président du CSC, les médias Nigériens ont couvert les différentes campagnes dans la paix avec comme souci la satisfaction du droit du public à l’information.
Aussi, il rappelle le devoir du CSC, entant que Régulateur des Médias, qui consiste à veiller à la mission de service public conféré tant aux médias publics que privés et d’agir sans faiblesse en cas de manquement, au nom de l’intérêt supérieur de la Nation.
C’est le lieu pour Docteur Kabîr Sani d’inviter une fois de plus les journalistes à un traitement rigoureux de l’information relativement à toutes les questions sensibles priorisant l’unité nationale, la cohésion sociale et la paix dans le respect de la diversité, du pluralisme d’opinions et du droit du public à l’information.
A la même occasion, le Président Kabîr Sani du CSC a fait cas du lancement d’appel à candidature pour le fonds d’aide à la presse au titre des années 2019 et 2020, où des médias ont déjà déposé leurs dossiers en attendant qu’ils soient examinés bientôt par le Groupe de Travail crée à cet effet.
Et comme Nous l’avions annoncé plus haut, la présence physique du Directeur Général de l’IFTIC Monsieur Amadou Sahadou Illiassou accompagné de son Secrétaire Général Garba Moussa Kimba et  du  Directeur de la formation et de la recherche de l’IFTIC  , Monsieur Adamou Rabiou à cette session pour la signature d’une convention avec le CSC.
Cette convention, qui a été signée devant les conseillers et membres du personnel administratif et technique du CSC , porte sur un projet de formation de cent-vingt journalistes et assimilés dont les organes ont bénéficié du fonds d’aide 2018.
Car, comme le précise la loi 2018-31 du 16 Mai 2018, modifiant et complétant la loi n°2012-34 du 07 juin 2012, portant composition, attributions, organisation et fonctionnement du CSC en son article 10 (nouveau) :
« Le Conseil Supérieur de la Communication CSC gère le fonds d’aide à la presse et veille à sa bonne utilisation.
Ce fonds est destiné à la formation des journalistes et à l’acquisition des équipements pour les entreprises de Presse etc… »
L’enveloppe prévue permettra de former 20 journalistes et assimilés en formations diplômantes dont le montant s’élève à Trente-neuf millions –cinquante mille (39.050.000) FCFA TTC, a expliqué Kabîr Sani avant de noter l’appui technique de l’IFTIC pour l’organisation de plusieurs ateliers thématiques de formations au profit de cent (100) journalistes et assimilés d’un cout total de Dix-neuf millions six cent quatre-vingt-six mille –cent trente-cinq (19. 686 .135) FCFA.
En outre, trois médias internationaux de renom ont été identifiés pour recevoir six journalistes stagiaires toujours dans le cadre du fonds d’aide 2018, renchérit-il avec la mention du montant total, 64 millions 756 milles et 135 francs, affecté à la formation des journalistes au titre du fonds d’aide à la presse 2018.
Quant au choix des journalistes qui bénéficieront de ces formations, il sera fait par avis d’appel à candidature qui sera publié dés signature de la présente convention, a –t-il lancé tout en précisant la mise en place ponctuelle d’un comité tripartite composé des représentants du CSC, des organisations socioprofessionnelles des médias et de l’IFTIC pour le dépouillement des candidatures.
Pour conclure, Docteur Kabîr Sani invite les conseillers et membres du personnel administratif et technique du CSC à se pencher sur les différents points inscrits à l’ordre du jour.
La suite des évènements a été marquée par la signature de la convention entre le CSC représenté par son président Docteur Kabîr Sani et l’IFTIC représenté par son Directeur Général Monsieur Amadou Sahadou Illiassou sous les acclamations de l’assistance.

Après la signature, le DG de l’IFTIC a  félicite le Président du CSC pour cette initiative et surtout pour cette inspiration qui permet de mettre désormais un accent particulier sur la formation des journalistes.
Quelle qu’en soit votre ambition et la pertinence de vos œuvres, vous resterez tributaires d’une formation professionnelle de qualité, a-t-il soutenu.
Selon Monsieur Amadou Sahadou Illiassou, le Directeur Général de l’IFTIC, la formation professionnelle garantit une bonne qualité des ressources humaines.
Les journalistes sont donc formés pour accomplir leur mission, renchérit-il.
Enfin, il se réjouit du choix de l’IFTIC pour exécuter ce projet de formation et a rappelé que même les institutions étrangères ont l’habitude de contacter son etablissement pour la formation et l’encadrement des leurs personnels, a-t-il lancé.
Pour conclure, il a adressé ses vifs remerciements à l’ensemble des membres du Conseil pour cette marque de confiance.
« Je Promet de tout mettre en œuvre pour mériter cette confiance. »
Cette formation des journalistes qui constitue le deuxième volet de financement, auquel le CSC tient en attribuant le fonds d’aide à un organe de Presse, va sans doute éclairer les lanternes de certains confrères à accepter le caractère indirect de la répartition du fonds.
Et si la procédure enclenchée est bien respectée, les entreprises de presse Nigériennes se doteront des journalistes qualifiés qui contribueront à l’amélioration du climat des affaires et du doing business, sans compter le respect strict de la mission de service public, une délivrance pour le public à cette ère de désinformation et de fakenews.
C’est la dernière étape de l’exécution d’une vision prônée par le CSC mais contestée par des organes de Presse à cause de sa nouveauté.
C’est l’objectif final d’une longue marche ayant mis beaucoup dans une situation haletante et qui finira par être applaudie par tous.

ISSA MOUSSA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *