Rencontre d’échange entre le CSC et le conseil régional de la jeunesse CRJ de Tillabéry : L’avant Dernière Etape de la mission dans le cadre du projet Sahel Médias

Dans l’après-midi du Mercredi 30 décembre 2020, la mission du conseil supérieur de la communication CSC, dans le cadre de sensibiliser la jeunesse sur la paix, la tolérance pendant et après le processus électoral au Niger, a rencontré des jeunes membres du conseil régional de la jeunesse CRJ de Tillabéry, dans la cour des collectivités territoriales de ladite localité, avec le respect du port de la bavette et la distanciation physique.
Il faut rappeler que cette même mission a sillonné les autres régions du pays et que Tillabéry constitue l’avant dernière étape avant Niamey la capitale.
En effet, les jeunes constituent le fer de lance de la démocratie, représentant près de 45% de la population ils doivent avoir accès à un certain nombre d’informations pour pouvoir jouer pleinement leur rôle dans le processus électoral.
Rappelons que cette initiative du conseil supérieur de la communication a été bien perçue par Canal France International CFI qui a accepté de le financer à travers le projet Sahel Médias.
Les deux présentateurs, le Conseiller technique Monsieur Ismaël Laoual Sallaou et le Directeur de cabinet du président du CSC se sont longuement entretenus avec les jeunes participants à la rencontre.
C’est surtout l’explication des concepts et notions clés qui a animé la rencontre, l’on peut retenir la tolérance, les droits de l’homme, les prérogatives des institutions de la république dans un Etat de droit, les modalités des passages des messages des candidats et des partis politiques sur les médias d’Etat et privés, l’importance de participer aux échéances électorales en y accordant sa voix, le respect de ses droits et devoirs entant que citoyen responsable, etc.
C’est dire que ces échanges avec le conseil régional de la jeunesse de Tillabéry ont été très fructueux en ce sens que des informations qu’ils n’avaient pas au paravent leur ont été données avec beaucoup de détails.
Les jeunes doivent comprendre que le pays est leur héritage qui leur sera confié tôt ou tard, c’est pourquoi il est nécessaire qu’ils apportent leur contribution positive au processus de développement, a indiqué le Directeur de cabinet du Président du CSC en soutenant que tout développement se construit sous la bannière de la paix, la sécurité et de la tolérance.
En ce qui concerne les informations diffusées par les réseaux sociaux, elles ne sont pas toujours fiables, a-t-il affirmé avant de les inviter à se référer aux sources officielles.
En outre, les discussions ont porté sur les attentes de la jeunesse que les leaders politiques doivent prendre en compte dans leurs programmes, l’éducation, la santé, la promotion de l’emploi et de l’entreprenariat des jeunes.
Des tells questions qui doivent les guider dans leur choix électoral et qui doivent leur permettre de ne pas céder aux manipulations mesquines des groupes radicalisés.
Notons que la parole a été donnée aux jeunes participants qui ont posé des questions pertinentes par rapport à leurs devoirs civiques.
Il ressort de ces échanges un engouement total constaté chez les participants qui ont été suffisamment édifiés par rapport à la conduite à tenir au profit d’un processus électoral apaisé.

Issa Moussa
Source et crédit photo : Dircom CSC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *