A la découverte de la Direction régionale des Mines de Dosso : la région regorge de plusieurs potentialités dans le secteur des Mines, a indiqué son responsable

Partager
Parce que la population dans son ensemble s’interroge sur les missions assignées à certains services déconcentrés à Dosso, votre journal est allé recueillir des informations sur le service régional des Mines de Dosso, un entretien avec le Directeur régional de ce service, Monsieur Gazo Issa a abouti à une interview dont voici la teneur.
Présentation, Missions et objectifs  du service régional des Mines de Dosso
D’abord le service est composé de 7 agents dont le directeur régional, un chef de division géologie, une documentaliste,  deux bénévoles, une secretaire de direction.
S’agissant des  missions, elles sont pour la  coordination de toutes les activités minières se trouvant  dans la région.
Il convient donc de dire que la région de Dosso regorge d’énormes potentialités minières  surtout qu’elle est traversée par les dallols et que toutes les richesses  géologiques de la région sont à peu près  au niveau de ces dallols.
Quelles sont les ressources minières ?
La première ressource minière, c’est le natron qui se trouve dans le département de Boboye, vers Gaya aussi, et  dans le département de Loga.
En plus du natron il y a du sel.  Il y a un sel très reconnu qu’on a qualifié de sel du kawar  un peu vers Gaya.  Il y a un certain nombre de projets qui ont commencé à travailler là-dessus mais pour des raisons que nous devons taire, ces projets ont  vu leurs activités s’arrêter.
 En dehors de ces potentialités qu’on appelle les évaporites, comme la région est traversée par le fleuve, il y a un certain nombre de roches qu’on appelle  du granite. Ce granite c’est ce qui entre dans la construction de nos routes goudronnées.
C’est pourquoi  il faut mettre un accent particulier à ce niveau pour permettre à ceux de la région de savoir qu’en matière de matériaux de construction  on n’a pas besoin d’aller chercher ailleurs.
Certes il y a des partenaires, mais ils sont insuffisants et ils viennent tous d’ailleurs. car il faut que  les entrepreneurs locaux soient imprégnés de cette richesse et cela ne peut se faire que lorsqu’ils décident d’aller vers le service des mines  parce qu’il leur  octroie des carrières leur permettant en même temps de travailler dans la région mais aussi de vendre aux autres régions.
Nous attirons leur attention  qu’il y a beaucoup de potentialités, de Falmey jusqu’à Gaya.
Dans la commune de Koygolo, nous avons  du bon gravier qui est très important mais les gens le méconnaissent.
Raison de plus d’en appeler à la vigilance des entrepreneurs locaux qui doivent venir vers nous pour chercher l’autorisation d’exploitation de carrières.
Si vous prenez La zone entre birni et Margou, il y a du sable blanc qui  peut servir à fabriquer des verres dans le domaine de la verrerie.
Le même sable se retrouve dans  la commune rurale Kargui Bangou.
Y a-t-il d’autres potentialités minières ?
Hormis ces potentialités du sous-sol, le service intervient également au niveau des établissements classés  incommodes et insolubles
Ce sont les stations de service où nous contrôlons la qualité du produit mais surtout la façon dont se fait la commercialisation.  Il ya aussi les boulangeries pour contrôler la sécurité du produit et au niveau  des garages mécaniques nous veillons à ce que la population ne soit pas contaminée par un certain nombre d’effets néfastes.
Par ailleurs, le service intervient dans la délimitation des terrains pour  donner la superficie ou  le partager.
Quels sont vos défis ?
Nos Défis majeurs sont liés surtout à la méconnaissance des textes régissant l’exploitation des carrières même par des maires qui sont censés être nos premiers partenaires.
Par exemple,  des entrepreneurs exploitent des carrières sans penser à dédommager les paysans, Parce que les textes ne sont pas connus du tout.
 Par conséquent, les maires doivent s’enquérir des textes d’autorisation et d’exploitations des carrières car ils ont  des avantages lorsque les normes sont appliquées.
Chaque mètre cube fait gagner 250 francs à la mairie concernée qui doit suivre la procédure normale pour se faire payer en fournissant une facture.
Or, il est possible qu’un entrepreneur  exploite une carrière sans verser du tout  ce qui revient à  la mairie.
Enfin,  le Directeur régional des Mines de Dosso, Monsieur Gazo Issa a expliqué le suivi que ses agents font régulièrement dans le sens de la bonne marche des activités ;
« Ce n’est nullement pas  à cause  des taxes comme certains le croient, » a-t-il conclu.
Propos recueillis par
Issa Moussa & Amadou Adamou

Related posts

Leave a Comment