Communiqué de Presse de l’Ambassade des États Unis d’Amérique au Niger: Hommage aux Travailleurs Humanitaires Opinion Éditoriale de l’Ambassadeur Eric P. Whitaker

Partager

Chaque 19 août, à l’occasion de la Journée Mondiale de l’Aide Humanitaire, la communauté internationale rend hommage à l’aide humanitaire et aux agents de développement qui ont consacré leur vie à travailler avec les communautés locales pour rendre le monde meilleur. Nous rendons également hommage à ceux qui agissent en tant que premiers intervenants dans des moments souvent dangereux et toujours stressants pour apporter des secours d’urgence pour soulager la souffrance humaine. Ces personnes courageuses méritent notre reconnaissance en étendant notre réponse humanitaire aux personnes et aux communautés dans le besoin.

L’aide vitale au développement est souvent dirigée par des personnes originaires des communautés mêmes qu’elles servent. Bien que leurs actions soient héroïques, celles-ci ne sont pas motivées par l’ego ou l’auto-élévation, mais par un désir simple mais implacable d’aider les autres. Ces héros méritent notre admiration et notre célébration car ils sont réels : ils choisissent d’aider même dans les circonstances les plus difficiles, les plus dangereuses et, parfois, les plus désastreuses. La vie des véritables agents de développement humanitaire n’est pas souvent glamour ; mais ils trouvent souvent ce qu’ils font profondément satisfaisant et spirituellement motivant. Ces héros de la vie réelle font rarement partie des films. Mais ne vous y trompez pas, ils combattent les ennemis. Ils aident les gens à surmonter la faim, les inondations, les déplacements, la maladie, la guerre et l’injustice.

Les États-Unis sont le plus grand donateur au monde à répondre aux besoins humanitaires et de développement. Le peuple Américain, par sa générosité et sa participation directe aux activités humanitaires, a sauvé des vies, protégé les plus vulnérables d’entre nous et promu la santé et la stabilité des communautés et des nations. Depuis 2009, les contribuables Américains ont généreusement financé près de 70 milliards de dollars d’aide humanitaire dans le monde.

Au Niger, l’Agence Américaine pour le Développement International (USAID) investit près de 200 millions de dollars par an pour promouvoir la bonne gouvernance, améliorer l’agriculture et la sécurité alimentaire, la santé et l’éducation, et répondre aux urgences humanitaires. Une héroïne de la vie réelle travaillant avec l’USAID est Mme Nana Hadiza Issa ; commerçante exerçant à N’Gourti (Nord Est de la région de Diffa) depuis 28 ans. Son entreprise lui permet de répondre aux besoins alimentaires et non alimentaires des huit enfants dont elle a la charge. Femme dynamique tenant une boutique sur le marché central de N’Gourti en concurrence avec plusieurs hommes, Mme Hadiza a saisi l’opportunité de travailler avec une organisation humanitaire internationale, composée de héros à part entière, afin de moderniser son entreprise. Son sens des affaires est avéré puisqu’elle a réalisé un chiffre d’affaires de 10 millions de FCFA en un an.

Le programme Compact du Millennium Challenge Corporation (MCC), un partenariat de 437 millions de dollars sur cinq ans avec le Niger, travaille depuis 2018 sur l’amélioration des pratiques d’irrigation et l’élargissement de l’accès au marché pour les agriculteurs isolés. Mme Aminata Samaké Boubacar, Directrice des Programmes au Millennium Challenge Account Niger (MCA Niger), est une héroïne Nigérienne qui travaille pour améliorer la vie à travers le pays. Mme Samaké supervise une équipe de 19 gestionnaires et est directement responsable de fournir le leadership, la vision et la motivation nécessaires pour mettre en œuvre les programmes du MCC à travers le pays. Son travail soutient directement le développement à la base et contribue à la croissance économique nationale. Son équipe a récemment dispensé une formation d’alphabétisation à plus de 4000 agriculteurs à Tahoua et a supervisé l’octroi de 5,3 millions de dollars en subventions à plus de 50 entreprises agricoles, dont la plupart appartiennent à des femmes et des jeunes des régions de Dosso, Tillabéri et Tahoua. Son travail a également fait progresser d’importantes réformes à l’échelle nationale, telles que la privatisation du secteur des engrais et une planification audacieuse pour garantir que le Fonds d’Entretien Routier soit pleinement opérationnel pour financer l’entretien des routes nationales. Elle est une dirigeante et une communicatrice douée qui utilise ses capacités exceptionnelles pour améliorer le Niger.

L’Initiative du Président des États-Unis contre le Paludisme (PMI), dotée d’un budget annuel de 18 millions de dollars, investit dans la prévention du paludisme au Niger à travers le renforcement du système, la distribution de moustiquaires, le traitement préventif pendant la grossesse, la formation d’agents de santé communautaires pour traiter la fièvre et la fourniture d’une prophylaxie contre le paludisme saisonnier. M. Kadri Attawel, Chef du canton de Dogarawa, est un véritable héros de la lutte contre le paludisme au Niger. Il est Président d’un comité de vigilance sur le handicap et le décès maternels et s’engage à aider sa communauté à surmonter les maladies qui tuent des enfants et des femmes. Dans le cadre de la lutte contre le paludisme, il a lancé un appel aux leaders communautaires pour la diffusion à l’échelle de la communauté de messages sur l’hygiène de l’environnement et l’utilisation de moustiquaires imprégnées d’insecticide. Pour se préparer à la campagne de chimio prévention du paludisme saisonnier (ou SMC), et compte tenu des rumeurs circulant dans son canton sur un lien avec une vaccination COVID-19, M. Attawel a pris l’initiative, a rassemblé la population et les dirigeants et obtenu l’adhésion à la SMC. Aucun autre chef n’avait fait cela auparavant. Il a également entrepris une tournée de 7 jours dans tout le Département, exhortant la population à utiliser les services de santé, notamment le SMC pour les enfants. Du fait de ses actions, aucun village de son canton n’a refusé le traitement.

Les États-Unis ont fourni plus de 12,1 millions de dollars pour lutter contre la pandémie de COVID-19 au Niger ; y compris 4 millions de dollars pour aider le Niger dans la communication des risques, la prévention et le contrôle des infections, la coordination et autre soutien pour aider à lutter contre la COVID-19. Le Bureau de la Population, des Migrations et des Réfugiés du Département d’État a également accordé plus de 2,6 millions de dollars au Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR), à l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) et au Comité International de la Croix-Rouge (CICR) pour la réponse à la COVID-19, y compris une assistance pour aider les populations vulnérables et les réfugiés.

Le Bureau de la Coopération en matière de Sécurité de l’Ambassade gère également des programmes d’assistance humanitaire axés sur l’éducation et la santé, nombre de ces activités étant menées par des militaires Américains stationnés à Niamey et à la Base Aérienne Nigérienne 201 à Agadez. Ces programmes comprennent des projets de rénovation d’écoles, la fourniture de premiers secours / formation médicale de base aux soldats Nigériens et aux prestataires de services médicaux civils, et le don de fournitures essentielles et de matériel de prévention du COVID-19 aux orphelinats, hôpitaux, écoles primaires et autres organisations civiles dans le besoin.

Notre soutien actuel au développement humanitaire et à l’aide d’urgence fait partie de l’aide américaine totale de plus de 2 milliards de dollars au Niger au cours des 20 dernières années. Les États-Unis continueront leurs efforts pour aider à rendre le monde plus sain, plus pacifique et plus prospère pour les générations futures. Saluons l’esprit indomptable de tous les travailleurs humanitaires qui rendent ce progrès possible.

 

Related posts

Leave a Comment